Il y a du travail toute l’année dans le chai ! Le vin vit et évolue jour après jour et il faut veiller sur les cuves pour tirer le meilleur de ce millésime. C’est le travail du Maître de chai.

Les vendanges 2017 ont été particulières cette année : à cause de l’épisode de gel du printemps dernier, nous n’avons récolté qu’un quart du volume habituel. Heureusement, la qualité est là malgré tout.

L’étape des vinifications est maintenant terminée : les jus (ou moûts) sont devenus des vins, mais ceux-ci ne sont pas encore aboutis.

En ce moment même se déroule la phase d’élevage sur lies, qui va durer jusqu’au mois de mars-avril. Les levures de fermentation se sont lentement déposées au fond des cuves, formant une couche de sédiments, appelée les lies. Ces lies vont transmettre au vin des éléments déterminants pour le bouquet final : le vin gagne en richesse (gras), les arômes s’affinent… Mais attention ! Car un élevage trop long sur lies finirait par altérer le vin.

L’élevage sur lies est donc une étape délicate qui nécessite une grande vigilance de la part du Maître de chai. En compagnie de nos œnologues, il déguste régulièrement chaque cuve, prenant la mesure de l’évolution du processus. De nombreux échantillons sont également analysés en laboratoire. Car faire un grand vin, c’est allier la précision d’un horloger et la patience d’un moine Bénédictin. Il faut à la fois être souple et visionnaire pour laisser s’épanouir chaque personnalité, développer chaque bouquet d’arômes, mais en même temps être extrêmement rigoureux. En effet, au-delà d’un noble savoir-faire, le vin est aussi une science minutieuse qui prend naissance dès la plantation des cépages, et ce jusqu’à la mise en bouteilles…

Nous pourrions parler encore longtemps des mystères du vin, car il y a beaucoup à en dire, mais par souci de fluidité, nous vous donnons maintenant rendez-vous dans un prochain article 🙂 A très bientôt !